PUBLICATIONS

COMMUNIQUÉ - ÉTUDE DU CIRAIG SUR L'EMPREINTE CARBONE DES PRODUITS : les produits fabriqués au Québec nettement avantagés par l’hydroélectricité

Montréal, 24 novembre 2015 – Le Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG) dévoile les résultats d’une étude portant sur la quantification de l’avantage carbone de plusieurs produits québécois, démontrant un avantage significatif pour les produits étudiés. Le mandat lui avait été confié par le ministère de l’Économie, de l'Innovation et des Exportations (MEIE) en 2014.

Un « Projet pilote sur l’empreinte carbone des produits » a été mené en 2012-2013, par le CIRAIG, mandaté par le MEIE. Parmi les conclusions de ce projet se distingue notamment la pertinence de l’outil « empreinte carbone » pour valoriser le faible bilan des émissions de GES que les produits québécois tirent de l’hydroélectricité. C’est en réponse à cette conclusion que le MEIE a initié un second projet ayant pour objectif la quantification de l’avantage carbone d’une variété de produits québécois afin de le promouvoir dans les secteurs ciblés.

Les systèmes étudiés font appel à une part importante d’électricité dans leur bouquet énergétique. Il s’agit de la production d’acier secondaire par four à arc électrique, la production de zinc primaire (et d’acide sulfurique) par procédé hydrométallurgique, la production de chlore-alcalis par électrolyse, la production d’aluminium primaire et l’opération d’un centre de données.

Pour chacun de ces systèmes, l’empreinte carbone a été comparée à celle d’une production similaire dans trois pays ou régions, identifiés comme étant les plus grands producteurs mondiaux des produits concernés. Des analyses de sensibilité ont été réalisées pour évaluer la robustesse des conclusions au regard de toute une série de paramètres, tels que l’efficacité énergétique du procédé, la quantité d’intrants consommés, les sources d’approvisionnement énergétique autre que l’électricité, les distances de transport, etc.

Globalement, l’avantage carbone des produits québécois est significatif, étant le plus souvent aux alentours de 60 % de réduction des émissions de GES par rapport à une production dans l’un des pays ou régions de comparaison, mais variant tout de même de 20 % à 95 %. De plus, il faut noter que dans des cas extrêmes, peu probables (soit des modes de production beaucoup moins efficaces au Québec que dans le pays de comparaison), l’avantage carbone québécois pourrait être annulé.

Le projet a fait l’objet d’une revue critique externe menée par le bureau d’études RDC Environnement  (Belgique) qui confirme la validité des conclusions. L’aluminium n’a pas fait l’objet de cette revue critique car ce secteur a été ajouté au projet après la réalisation de la revue. La quantification de son avantage carbone repose toutefois sur la même méthodologie et la même base de données d’inventaire.

Le CIRAIG et le MEIE souhaitent que ces résultats permettent de valoriser tant l’outil empreinte carbone que l’avantage carbone de plusieurs produits québécois.

Les fiches présentant les résultats de cette étude sont disponibles sur le site Web du CIRAIG (www.ciraig.org/fr/pec_phaseII.php).

À propos du CIRAIG
Établi depuis 2001, le Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services (www.ciraig.org) est un centre d’expertise en cycle de vie reconnu mondialement pour ses travaux et initiatives bâtis sur de solides assises scientifiques et près de 15 années d’expérience appliquée. Le CIRAIG accompagne les industries, les gouvernements, les organisations et les consommateurs dans leur démarche vers un développement durable soutenu par la pensée cycle de vie. Basé à Polytechnique Montréal et à l'École des Sciences de la Gestion de l'Université du Québec à Montréal (ESG-UQAM), le CIRAIG allie l’ingénierie et les sciences sociales et tisse sa programmation de recherche à la lumière de la multidisciplinarité.

À propos de Polytechnique Montréal
Fondée en 1873, Polytechnique Montréal est l’un des plus importants établissements d’enseignement et de recherche en génie au Canada. Polytechnique occupe le premier rang au Québec pour le nombre de ses étudiants aux cycles supérieurs et l’ampleur de ses activités de recherche. Avec plus de 43 000 diplômés, Polytechnique Montréal a formé près du quart des membres actuels de l’Ordre des ingénieurs du Québec. L’institution donne son enseignement dans 15 disciplines du génie. Polytechnique compte 265 professeurs et plus de 8 000 étudiants. Son budget annuel de fonctionnement s’élève à plus de 200 millions de dollars, dont un budget de recherche de 80 millions de dollars.

À propos de ESG UQAM
Reconnue pour la qualité de son enseignement pratique, l’excellence de sa recherche appliquée et sa présence internationale, l’École des sciences de la gestion (ESG UQAM) affirme son leadership par une vision audacieuse et porteuse d’avenir. Avec plus de 15 000 étudiants aux trois cycles inscrits dans l’un des 70 programmes offerts, l’ESG se distingue par une offre qui couvre l’ensemble des disciplines de la gestion. Résolument internationale, l’École a développé à ce jour plus de 150 partenariats de mobilité étudiante et offre son MBA pour cadres dans une douzaine de pays, en français, en anglais et en espagnol. L’ESG s’illustre également par le nombre de ses chercheurs issus de domaines variés, attachés à plus d’une trentaine d’unités de recherche. La qualité de ses recherches, tant appliquées que fondamentales, contribue à la notoriété et au rayonnement de l’École à l’échelle locale et internationale.

Source :
Sandra Estrela
Coordonnatrice des communications
CIRAIG
Tél. : 438 8CIRAIG (438 824-7244)
sandra.estrela@polymtl.ca

Renseignements :
Renée Michaud
Directrice exécutive
CIRAIG
Tél. : 514 340-4108
r.michaud@polymtl.ca


GES = Gaz à effet de serre