PROGRAMMATION DE RECHERCHE DE LA CHAIRE
Opérationnalisation et mise en œuvre Analyse des systèmes Évaluation des impacts Analyse sociale et socio-économique

Opérationnalisation et mise en œuvre

Le thème opérationnalisation et mise en oeuvre représente un nouveau champ de recherche pour le 2e mandat de la Chaire. Son objectif général est le développement d’outils et de démarches pour opérationnaliser la pensée cycle de vie. Pour y arriver, la Chaire étudiera les conditions d’opérationnalisation des outils du cycle de vie dans les organisations et répondra à des questions déterminantes 1) Comment les outils de la pensée cycle de vie peuvent-ils enrichir les processus d’approvisionnement, de production, de R&D, de marketing et de communication des entreprises ? 2) Pour les administrations, comment ces outils peuvent-ils soutenir les procédures d’achats publics, l’évaluation des projets d’infrastructure ou l’élaboration des politiques publiques? et 3) De façon plus générale, comment ces outils peuvent-ils renforcer la gestion des risques, devenir des leviers de performance, de développement stratégique et d’innovation ?

Analyse des systèmes

L’ACV permet une analyse holistique des problèmes environnementaux en considérant l’ensemble du cycle de vie d’un produit ou d’un service. L’ACV traditionnelle est cependant insuffisante pour analyser correctement certaines problématiques. L’ACV traditionnelle, utilisée par la majorité des consultants et centres de recherche, est attributionnelle, aspatiale, atemporelle, et ne représente que les effets de modifications à petite échelle, est modélisée selon une approche « procédé » et souvent basée sur des données technologiques issues principalement du contexte européen, donc plus ou moins adaptée à d’autres régions. Ainsi, l’évaluation des conséquences de la mise en oeuvre d’une nouvelle technologie ou l’utilisation d’un nouveau produit n’est pas correctement évaluée par l’ACV attributionnelle, de même l’ACV d’un produit à longue durée qui serait atemporelle est inappropriée pour calculer son empreinte écologique. Ceci se traduit par une augmentation de l’incertitude. Le thème de recherche sur l’analyse des systèmes vise à améliorer la pertinence des ACV et à réduire les incertitudes associées à la définition et à la modélisation des inventaires du cycle de vie (ICV).

Évaluation des impacts

L’évaluation des impacts du cycle de vie (ÉICV) est une étape cruciale de l’ACV. L’ÉICV permet la caractérisation des impacts potentiels générés par les substances émises identifiées lors de la construction de l’inventaire. Le défi en ÉICV est d’augmenter la validité scientifique et de permettre une meilleure utilisation des résultats en ACV. Ce thème de recherche vise des améliorations pour augmenter la robustesse des modèles utilisés en ÉICV et la représentativité des résultats. Des efforts de recherche et d’harmonisation seront par ailleurs réalisés afin de rendre opérationnelle la méthode mondiale IMPACT World. Ces travaux seront effectués en collaborant avec les centres de recherches concernés et les différents groupes de travail de l’Initiative sur le cycle de vie de l’UNEP-SETAC.

Analyse sociale et socio-économique

La dimension sociale ou socio-économique est indispensable pour que la « pensée cycle de vie » contribue pleinement à un développement durable. L’analyse sociale du cycle de vie (AsCV) traite autant des dimensions strictement sociales que de nature socio-économique du cycle de vie des produits et services. Les récentes lignes directrices (2009) de l’UNEP/SETAC appliquées à l’ACV sociale (développées en grande partie par le CIRAIG) donnent un cadre de travail mais les développements méthodologiques permettant une opérationnalisation de cette dimension sont peu documentés et incomplets.