ACTUALITÉS / 2012

Lancement d'IMPACT World+, la première méthodologie d'évaluation des impacts du cycle de vie régionalisée internationalement

21 mai 2012

BERLIN, Allemagne, le 21 mai 2012- IMPACT World+, la première méthodologie d'évaluation des impacts du cycle de vie (EICV) régionalisée internationalement a été lancée aujourd'hui à Berlin, Allemagne lors du 6th SETAC World Congress / SETAC Europe 22nd Annual Meeting. Cet événement a été l'occasion d'assister à la présentation de résultats de ce projet novateur dirigé par une équipe d'experts internationaux en EICV provenant de cinq pays.

La production et la consommation de biens et de services génèrent des impacts néfastes pour l'environnement. Dans une ère de globalisation, de changements climatiques, de croissance de la population et d'épuisement des ressources, un urgent besoin se fait sentir pour le développement d'outils de prise de décisions afin d'évaluer les meilleures options environnementales. L'analyse du cycle de vie (ACV) est une méthode normalisée d'ISO qui évalue le potentiel d'impacts d'un produit sur la globalité de son cycle de vie, de l'extraction du matériel brut jusqu'à sa disposition, incluant la fabrication, la distribution, son utilisation de même que sa réutilisation, son entretient et son recyclage - une approche appelée « du berceau au tombeau ».

La phase d'évaluation des impacts du cycle de vie (EICV) d'une ACV vise à établir une relation entre le produit ou le service et son impact environnemental potentiel, par exemple, les changements climatiques, la toxicité, la biodiversité, etc. Elle donne une réponse à des questions telles que Quels sont les impacts sur la qualité d'un écosystème et sur la santé humaine de l'émission de 1kg de dioxyde de carbone, de dioxines ou de NOx relâchés dans l'atmosphère ? Lequel est le plus dommageable ? L'EICV permet de tirer des conclusions sur les meilleures options environnementales.

Cependant, l'EICV a été critiquée car les méthodologies actuelles ne tiennent pas compte de la variabilité spatiale des impacts environnementaux, utilisant plutôt des conditions moyennes pour des régions non-spécifiques. Par exemple, une émission de particules sera présentement traitée de la même façon dans la catégorie d'impact environnemental effet respiratoire, que cette particule soit au Sahara ou milieu de Tokyo.

IMPACT World+ a été conçu à partir d'un besoin de développement d'une méthodologie d'évaluation d'impacts régionalisée internationalement qui tiendrait compte des conditions locales et qui couvrirait toute la planète. Comme mise à jour majeure des méthodes d'EICV existantes, il incorpore des approches de modélisation d'impacts à la fine pointe de la technologie, incluant IMPACT 2002+ (Europe), EDIP (Scandinavie) et LUCAS (Canada).

« L'équipe de IMPACT World+ est très heureuse d'avoir contribué au développement de cette méthodologie novatrice amène les capacités actuelles de modélisation régionales à un niveau global. IMPACT World+ est un pas en avant dans l'amélioration de la transparence et de la fiabilité, » mentionne Cécile Bulle, qui chapeaute l'équipe d'IMPACT World+.

Parmi ses plus importantes innovations, IMPACT World+ permet une évaluation régionalisée de n'importe quelle émission/ressource à référence spatiale et considère l'incertitude et la variabilité spatiale d'une émission à localisation inconnue en associant la variabilité géographique correspondante à chaque résultat d'impact modélisé pour une échelle géographique donnée. IMPACT World+ a aussi mené a des développements majeurs dans la modélisation de la caractérisation de la toxicité sur les écosystèmes et sur les humains, l'acidification, l'utilisation de l'eau, l'utilisation des sols et l'eutrophication, de même qu'une multitude d'autres améliorations dans d'autres catégories d'impacts.

Lors d'une prise de décision basée sur l'ACV, IMPACT World+ fait en sorte que les questions locales sont prises en compte dans un profil d'impact environnemental d'un produit ou d'un service, lequel est évalué avec les meilleures approches et les meilleures connaissances scientifiques disponibles. C'est aussi la première méthode d'EICV à quantifier la certitude d'une décision en déterminant, par exemple, que le produit A ait 85 % des probabilités de générer moins d'impacts que le produit B »

IMPACT World+ a été rendu possible grâce au travail acharné de l'équipe IMPACT World+ et aux fonds de recherche de la Fondation Alcoa (350,000 $). La méthode d'EICV s'appuie sur les développements scientifiques des dix dernières années et amène les travaux sur l'ACV de quelques uns des meilleurs chercheurs et doctorants dans le domaine, du laboratoire à la pratique.

À propos de l'équipe IMPACT World+

La mission de l'équipe IMPACT World+, une organisation à but non lucratif incluant des experts chercheurs de l' University of Michigan (É.-U), le Technical University of Denmark (Danemark), Quantis (Suisse), EPFL (Suisse), CYCLECO (France), Polytechnique Montréal (Canada) et le CIRAIG (Canada), est d'opérationnaliser l'évaluation d'impact régional à un niveau global et d'intégrer l'analyse d'incertitude et de variabilité dans l'analyse de cycle de vie. Pour plus d'information, consultez www.impactworldplus.org.

                                                                          - 30 -

Renseignements:

Contact
Sandra Estrela
Coordonatrice communications
CIRAIG
T.: +1 514-340-4711 #4122
sandra.estrela@polymtl.ca

Information
Cécile Bulle
Chef de l'équipe
IMPACT World+
T.: +1 514-340-4711 #4013
cecile.bulle@polymtl.ca

Équipe IMPACT World+

Cécile Bulle, CIRAIG, Polytechnique Montréal
www.ciraig.org/fr/fiche_cecile_bulle.html
cecile.bulle@polymtl.ca

Sébastien Humbert, Quantis
sebastien.humbert@quantis-intl.com

Olivier JollietSchool of Public Health, University of Michigan 
www.sph.umich.edu/iscr/faculty/profile.cfm?uniqname=ojolliet
olivier.jolliet@umich.edu

Manuele Margni, CIRAIG, Polytechnique Montréal
www.ciraig.org/fr/fiche_manuele_margni.html
manuele.margni@polymtl.ca

Ralph RosenbaumDivision for Quantitative Sustainability Assessment, Technical University of Denmark
http://www.man.dtu.dk/English/Service/Phonebook.aspx?lg=showcommon&id=59267&type=person
rros@dtu.dk

Avec la contribution scientifique de :

Anne-Marie Boulay (CIRAIG), Guillaume Bourgeault (CIRAIG), Viêt Cao (CIRAIG), Vincent de Bruille (CIRAIG), Louise Deschênes (CIRAIG), Peter Fantke (University of Stuttgart), Carina Gronlund (University of Michigan), Andrew Henderson (University of Michigan), Anna Kounina (EPFL, Quantis), Gladys Liard (CIRAIG), Annie Levasseur (CIRAIG), Jérôme Payet (Cycleco), Pierre-Olivier Roy (CIRAIG) and Shanna Shaked (University of Michigan).

Et le support financier de : 

La Fondation ALCOA
www.alcoa.com/canada/en/info_page/SR_operations_soc_foundation_overview.asp

Les partenaires de la Chaire internationale en analyse du cycle de vie 
www.chaire-cycledevie.org/en/partnership.php

Sustainability Consortium
www.sustainabilityconsortium.org